Retour sur les tables rondes du trentième anniversaire de Territoria

4 Octobre 2016, 17:16pm

Publié par Territoria Le blog

Retour sur les tables rondes du trentième anniversaire de Territoria
"Une belle manière de saluer l'esprit d'entreprendre dont les collectivités territoriales se sont faites les championnes". Pour fêter son 30e anniversaire, le 21 septembre dernier, l'Observatoire Territoria était accueilli par la Caisse des dépôts et consignations (CDC) avec lequel il a engagé un partenariat au bénéfice des collectivités territoriales. Marc Abadie, directeur Réseaux et Territoires de la CDC et le sénateur Alain Gournac, Président délégué de Territoria, ont introduit les débats en louant "l'intelligence des territoires". Expérimenter, vérifier la reproductibilité et la réussite de démarches fécondes : l'innovation est ainsi porteuse de nouveaux partenariats entre les territoires et l'économie mixte. Trente ans d'innovation, bilan et prospective ! Retour sur cette journée avec Anne-Marie Escoffier, ancienne ministre, vice-présidente de Territoria.

Deux tables rondes réunissaient, le matin, pour faire un bilan, des "experts" de l'innovation, des innovateurs qui se sont attachés, par tous moyens, à développer les intelligences des territoires. L'innovation est consubstantielle de la fonction même des collectivités locales ; elle en est l'ADN. Elle engage la responsabilité de tous les acteurs, qu'ils soient élus - ces ensembliers - agents ou citoyens participant naturellement aux projets dont ils sont les premiers bénéficiaires.

 

Oser libérer les forces de l'initiative et de la responsabilité

La France est un pays fort de ses atouts, de sa richesse humaine, mais des atouts qu'elle doit pouvoir davantage valoriser. Il lui faut pour cela deux audaces. Oser libérer, d'abord, les forces de l'initiative et de la responsabilité, appliquer avec agilité une culture de l'expérimentation avec ouverture sur le monde, inscrire l'inventivité au rendez-vous. Oser, en second lieu, prendre en compte l'identité propre des territoires pour favoriser une dynamique citoyenne et républicaine de l'innovation dans une République territorialisée.

Nos grands témoins ont abondamment développé ces deux points en les illustrant d'exemples concrets vécus. Des exemples pris dans de grandes villes qui ont osé proposer la complémentarité public-privé des projets à leurs populations, qu'elles soient populations nouvellement installées, populations rencontrant des difficultés sociales - emploi - ou citoyennes, ou populations des "oubliés". Mais aussi des exemples pris dans des communes plus petites, rurales, là où le maire est celui qui doit absolument trouver le moyen de préserver notre art de vivre, trouver des solutions aux problèmes du quotidien, d'autant plus qu'il est... "à portée de baffes".

 

Halte au déclin et à la morosité !

L'innovation est possible quelle que soit la taille de la collectivité, même si elle se heurte à différents handicaps. Au nombre de ces handicaps, la rigidité réglementaire (cf. la logorrhée des normes), la lourdeur de la gouvernance dans une République décentralisée mais encore trop centralisatrice, le modèle chronophage de nos collectivités structurées en unités toujours plus grosses.

Que penser de ce bilan ? Halte au déclin et à la morosité ! Territoria a su montrer que les collectivités locales ont en elles-mêmes toutes les richesses, y compris celle de contrecarrer la pauvreté des ressources financières, sous réserve qu'elles osent s'affranchir d'un contexte qui pourrait les étouffer.

Territoria, avec son partenariat privilégié avec la Chaire Optima, s'engage délibérément auprès des collectivités locales pour être ce lieu où vivront, se diffuseront, les innovations de toutes sortes pour le mieux vivre de nos concitoyens.

 

Revoir le tryptique élus / services publics / citoyens

L'après-midi était consacrée à une réflexion prospective portée tant par des responsables de terrain représentant les collectivités territoriales ou les secteurs du monde économique en lien direct avec les élus locaux, que par des personnalités politiques particulièrement engagées dans leur vision de l'organisation territoriale de notre pays.

Le contexte actuel nous amène à réfléchir aux nouveaux modes de production de service public pour attirer des populations nouvelles, répondre à une société de plus en plus exigeante qui doit rétablir le lien avec les politiques et qui, adhérant aux enjeux de notre société, veut participer à la décision locale.

De là la nécessité de revoir le fonctionnement du triptyque : élus / services proposés par les collectivités locales / citoyens.

Une nécessité dont la mise en œuvre prend un caractère d'urgence avec l'application au 1er janvier 2017 du mandat parlementaire unique : gare aux parlementaires "hors sol" qui auront perdu le contact avec leurs concitoyens et ne seront plus que les porte-parole d'une sensibilité politique particulière ; gare à leur propension à vouloir légiférer là où le règlement serait suffisant !

Ne pas perdre de vue que le service de l'humain exige que l'expression de nos concitoyens et de nos différents interlocuteurs institutionnels soit relayée efficacement au plus haut niveau par et avec des élus de terrain, là est un enjeu majeur.

 

Technologie et numérisation n'ont de sens qu'au service de l'humain

Le monde de l'entreprise n'échappe pas à cet enjeu ; ainsi en est-il de Engie, de la Poste, d'Orange, des entreprises de services à la personne, de tous ces acteurs techniques, publics et privés, qui interpellent de plus en plus les collectivités locales devenues elles-mêmes consommateurs responsables. Certes, la technologie, la numérisation qu'offrent ces acteurs, sont indispensables, mais elles n'ont de sens que si elles sont au service de l'humain ; à charge donc pour eux de trouver les leviers qui servent au mieux vivre de tous, en particulier à ces nouveaux "oubliés" dont la précarité implique une réponse adaptée. 

L'innovation est assurément un de ces leviers qui permet, par une approche des missions partagée entre les différents acteurs publics et privés, de définir des objectifs transversaux.

Confrontés à l'accélération dans le temps de tout ce qui doit être mis en œuvre, les décideurs n'ont d'autre solution que de faire appel à toutes ces intelligences collectives, tous ces talents précurseurs, catalyseurs d'énergie, pour faire régner une plus grande humanité.

Que de défis aujourd'hui dans un monde en pleine mutation ! Quelle transcendance pour nous construire ? 

Le réenchantement de l'avenir ne peut intervenir qu'au plan local pour offrir à nos concitoyens un chemin du futur loin des enjeux de pouvoir, en éveillant nos consciences, notre capacité à nous remettre en cause.

Territoria a su, au cours de cet anniversaire de ses 30 ans, conjuguer observations pragmatiques et concrètes, réflexions sur le Sens à donner à notre vie en société et temps de détente et de sourires. Un grand merci à tous les participants pour leur présence, leur témoignage d'amitié et de fidélité et que VIVE L'INNOVATION.

 

Anne-Marie Escoffier

Vice-Présidente de Territoria

 

 

Première table ronde : André Santini, ancien ministre, député-maire d'Issy-les-Moulineaux ; Pierre Méhaignerie, ancien ministre, président de Vitré Communauté ; Annne-Marie Escoffier, ancienne ministre, vice-présidente de Territoria ; Pierre Bonte, journaliste, écrivain.

Première table ronde : André Santini, ancien ministre, député-maire d'Issy-les-Moulineaux ; Pierre Méhaignerie, ancien ministre, président de Vitré Communauté ; Annne-Marie Escoffier, ancienne ministre, vice-présidente de Territoria ; Pierre Bonte, journaliste, écrivain.

Seconde Table ronde : Frédérique Fanon-Alexandre, directrice de cabinet du président de la CT de Martinique ; Jean-Pierre Fourcade, ancien ministre ; Philippe Gosselin, député maire de Romilly-sur-Lozon ; Amender Touzet, AMF ; Franck Bargain, conseiller régional d'Ile-de-France.

Seconde Table ronde : Frédérique Fanon-Alexandre, directrice de cabinet du président de la CT de Martinique ; Jean-Pierre Fourcade, ancien ministre ; Philippe Gosselin, député maire de Romilly-sur-Lozon ; Amender Touzet, AMF ; Franck Bargain, conseiller régional d'Ile-de-France.

Troisième Table ronde : Maryline Lebranchu, ancienne ministre ; Stéphane Pintre, président du SNDGCT ; Gilles Bérhault, président du Comité 21 ; Jean-Paul Delevoye, ancien ministre.

Troisième Table ronde : Maryline Lebranchu, ancienne ministre ; Stéphane Pintre, président du SNDGCT ; Gilles Bérhault, président du Comité 21 ; Jean-Paul Delevoye, ancien ministre.

Quatrième Table ronde : Damien Térouannne, directeur Entreprises et Collectivités d'Engie ; Christine Bargain, directrice RSE du groupe La Poste ; Patrice Carré, responsable du département relations institutionnelles d'Orange ; Olivier Péraldi, directeur de la FESP ; Alexandre Mora, président de Dextera ; Hervé Hallay, président de Dircab.

Quatrième Table ronde : Damien Térouannne, directeur Entreprises et Collectivités d'Engie ; Christine Bargain, directrice RSE du groupe La Poste ; Patrice Carré, responsable du département relations institutionnelles d'Orange ; Olivier Péraldi, directeur de la FESP ; Alexandre Mora, président de Dextera ; Hervé Hallay, président de Dircab.