Castres - argent de poche

22 Juin 2017, 17:58pm

Publié par Territoria Le blog

Gagner de l'argent de poche en aidant les services municipaux.

Genevieve Amen, Adjointe au maire de la ville de Castres, 

"Cette opération permet à des jeunes, entre 14 et 16 ans, de gagner un peu d'argent en travaillant le mercredi ou pendant les vacances scolaires. Il s'agit de petits travaux qui sont menés dans les services de la mairie de Castres et qui sont rémunérés 20 € pour un travail de 3 heures.

Les agents de la commune encadrent ces jeunes. Les parents ont largement plébiscité l'opération, pas seulement pour l'agent de poche, mais parce que cela contribue à mettre le pied à l'étrier au niveau du travail, cela les responsabilise par l'argent qu'ils gagnent..."

Les travaux concernent les espaces verts ou le ménage, au niveau des services éducation, rangement de la bibliothèque etc. Les jeunes volontaires remplissent un dossier et peuvent avoir 3 ou 4 missions par ans. "Nous étions partis sur 50 jeunes et nous avons pu en accueillir une centaine. Cette année, l'opération est reconduite et accueillera 150 jeunes. Ils gagneront un peu d'argent de poche et participeront en même temps à la vie de la collectivité et trouveront ainsi le sens du civisme, de la citoyenneté.

Territoria d'argent  2016 (Civisme et citoyenneté)

Autres actualités

Qu’est-ce qu’un partenariat public-privé réussi ? 

Castres - argent de poche

 

Source La Conversation : Quélin B., I. Kivleniece, S. Lazzarini, « Public-Private Collaboration, Hybridity and Social Value : Towards New Theoretical Perspectives », Journal of Management Studies, 2017, Vol. 54, n°6.

Extraits de l’étude :

« On a tendance à penser que les organisations publiques et privées ne partagent pas les mêmes objectifs. Le principal objectif d’un organisme public consiste à créer de la valeur sociale, tandis que l’entreprise privée recherche la viabilité économique et le profit. Néanmoins, lorsque ces deux univers parviennent à se comprendre, ils sont capables de travailler ensemble pour générer à la fois de la valeur économique et sociale. »

« …Prenons l’exemple de la distribution d’eau. L’approvisionnement en eau des ménages est souvent assuré par une entreprise privée. La principale forme de gouvernance dans ce scénario est la municipalité, avec laquelle l’entreprise privée a signé un contrat à long terme (10 à 12 années en moyenne). L’entreprise privée est tenue de fournir l’eau à un certain nombre de foyers, parfois même aux ménages démunis. Le contrat établi fixe les responsabilités sociales de l’organisme public tout en permettant à l’entreprise privée de générer des profits et engendre ainsi un mode de gouvernance hybride. »

« …Trois mécanismes principaux de création de valeur :

  • Les premiers sont les facteurs contractuels. Les partenaires publics et privés doivent discuter de leurs obligations respectives, et cela prend du temps. Ils peuvent notamment envisager une supervision publique de l’activité privée et ajouter des clauses contractuelles prévoyant des pénalités en cas de défaut d’exécution de l’entreprise privée.
  • Les deuxièmes facteurs sont d’ordre institutionnel. Certains pays ont promulgué des lois afin de faciliter les partenariats public-privé et ont parfois même établi des modèles de partenariats public-privé spécifiques dans le but d’éduquer le marché et de favoriser le succès de ces partenariats.
  • Les troisièmes facteurs sont liés aux capacités propres des partenaires. D’une part, de grandes multinationales privées opérant dans les secteurs de la construction, des médicaments et des services publics (basés sur les réseaux d’infrastructure physiques) ont les moyens de s’associer régulièrement avec des municipalités ou l’état. D’autre part, le secteur public doit également être en mesure de superviser et de contrôler les entreprises privées afin de veiller à ce qu'elles respectent leurs obligations contractuelles, en particulier celles concernant la couverture des populations concernées et les clauses sociales. »

Les DRH et la modernisation de la fonction publique 

Castres - argent de poche

 

Dans une récente interview à l’AEF, Johan Theuret, président de l’ADRHGCT (Association des DRH des grandes collectivités territoriales) souhaite "la co-construction d’un calendrier prévisionnel afin que les collectivités puissent anticiper [les] éventuelles conséquences" des évolutions salariales.

L’ADRHGCT estime toutefois "réaliste" l’objectif de 70 000 suppressions de postes dans la fonction publique territoriale au vu de la pyramide des âges car 19,8 % des fonctionnaires territoriaux ont plus de 55 ans, soit environ 295 000.

L’ADRHGCT demande en retour "les moyens en termes de souplesse de statutaire" et considère que la priorité est d’avoir un discours sur la modernisation de la fonction publique et de redonner du sens aux missions de service public.

 

Les leviers existent : informatisation, dématérialisation, réflexion sur le périmètre de certains services locaux... et relèvent de la libre administration des collectivités. Il faut donc connaître assez rapidement les objectifs afin de pouvoir se mettre en en ordre de bataille. Par ailleurs, cela ne doit pas se faire avec un discours culpabilisateur qui insinue que les collectivités gèrent mal leurs budgets et en particulier leurs dépenses. Tout le monde doit jouer le jeu. Enfin, cet effort sur les suppressions de postes doit être nécessairement couplé avec la visibilité sur la progression salariale sur les cinq prochaines années.

 

L’ADRHGCT organise le 7 juillet prochain une journée d’étude consacrée aux "nouveaux visages du dialogue social" à l’Hôtel de Ville de Paris, de 9 heures à 17 heures.

Cette journée sera une journée d’échanges entre DRH et organisations syndicales. Tout en affirmant l’importance du dialogue social dans cette démarche de modernisation, elle devrait également aborder la nécessité d’associer les agents en étudiant les moyens de les faire revenir vers les organisations syndicales mais aussi en imaginant comment un employeur local peut dialoguer avec les agents en direct.

Régions de France et Finance Active publient une étude sur les collectivités territoriales et la digitalisation du crédit.

Castres - argent de poche

 

Le marché du crédit n’échappe pas aux grandes évolutions structurantes de l’économie du XXIème siècle : digitalisation, suppression des intermédiaires, démultiplication en un clic des relations possibles. Si les acteurs du crédit aux collectivités restent majoritairement les grands établissements bancaires français, la désintermédiation commence à se faire une place via les émissions populaires ou les placements privés par exemple. Le recours aux plateformes de crowdfunding est déjà entré dans les pratiques, même si les sommes levées sont encore de l’ordre du symbolique au niveau de nos collectivités locales.

Pour comprendre et anticiper les transformations que cette question engendre, cette étude pose un regard sur toutes les tendances qui se dessinent, commente les comportements des nouveaux entrants, ceux des acteurs en place et décrypte aussi les incertitudes que cela comporte.

Téléchargez la publication sur :

http://www.financeactive.com/fr/le-credit-aux-collectivites-locales-a-lheure-de-la-digitalisation

Pour rappel

Prix Territoria 2017 date limite d'inscription  le 13 juillet 2017, les dossiers peuvent être complétés jusqu'au 15 septembre 2017.

Castres - argent de poche

Prix Territoria 2017 : Les candidatures sont ouvertes ! Retrouvez le témoignage des lauréats 2016 dans notre rubrique "Paroles de territoriaux"et les fiches techniques des projets primés sur le site de l'Observatoire Territoria, rubrique "Innovations par domaine".

Commenter cet article