Territoria 2016, prix spécial du jury : "Mémoires en migrance d'habitants de la ville d'Autun".

30 Novembre 2016, 08:00am

Publié par Territoria Le Blog

Territoria 2016, prix spécial du jury : "Mémoires en migrance d'habitants de la ville d'Autun".

Rarement dans l'histoire de Territoria projet n'avait recueilli une telle unanimité spontanée !  Le Prix spécial du jury s'est imposé d'emblée pour la Ville d'Autun et son opération "Venus d'ailleurs". Un projet de longue haleine, autour de "mémoires en migrance" : entre écoute, reconnaissance, transmission et tissage de lien social à l'échelle d'un territoire. Une belle réussite, y compris artistique, dont Rémy Rebeyrotte, maire d'Autun, nous rappelle la genèse et l'impact dans le bassin de vie de l'Autunois-Morvan.


L'idée était toute simple : donner la parole à notre première génération migrants. Celle qui est venue, entre les deux guerres, notamment au moment où l'Italie connaissait des moments ô combien difficiles. Puis celle d'après guerre, venue du Portugal, d'Espagne, d'Algérie, de Tunisie, de Turquie, d'ex Yougoslavie... Aller à la rencontre de ces femmes et de ces hommes qui, venus d'ailleurs, avec des parcours anonymes, discrets, jusqu'alors passés sous silence, n'en furent pas moins les piliers des grandes aventures collectives, notamment économiques et associatives de notre agglomération.

Quelque chose comme un déclic

Leur donner véritablement la parole, pour qu'ils nous parlent de leur vie. De leur parcours personnel et professionnel, de leur quotidien, de la difficulté de migrer aussi... Comment, quittant leurs contrées méditerranéennes dans les années 50-70 pour un nouvel horizon, apportant avec eux leur langue, leur culture, leurs souvenirs, par choix ou bien par raison, ils ont bravé les épreuves pour construire ici une vie de famille tout en relevant le défi de l'intégration et de l'adaptation. 

Cela a été un levier extraordinaire. Cette génération-là n'avait jamais été mise en valeur. Cela a été l'occasion, pour nous, collectivement, de lui témoigner notre plus profonde reconnaissance.  En fait, cela a déclenché un changement de relation avec la deuxième et la troisième génération, du fait que l'on reconnaisse le rôle de leurs parents dans la construction de notre territoire, dans le développement de nos entreprises, dans la construction et la rénovation de l'habitat... Du coup, cela a vraiment fait évoluer les relations dans le quartier prioritaire de la ville mais plus globalement dans l'agglomération.

Je ne dis pas que tout est rose, je dis simplement qu'il y a eu quelque chose comme un déclic du fait qu'enfin on reconnaisse la place qu'avaient tenu leurs parents au sein de la communauté autunoise et plus globalement au sein de la communauté de vie que représente le bassin de l'Autunois-Morvan.

Un levier de dialogue territorial 

Nous avons eu la chance de pouvoir nous appuyer sur le professionnalisme de la Maison du patrimoine oral de Bourgogne. Car ce n'est pas si simple de savoir écouter, de mettre en confiance et de faire parler. C'est très important de récupérer un récit, de ne surtout pas le transformer, d'être fidèle à ce que les gens ont voulu dire... Il y a eu un travail énorme, se concrétisant par un livre, un CD, un film, des expositions, des conférences, des rencontres d'échanges, tout cela avec nos équipes de la Direction de la cohésion sociale et urbaine. Cela a été un beau succès, un beau levier de dialogue territorial.

Je dois dire que "Venus d'ailleurs" a conduit à une deuxième opération qui s'appelait "Venus d'ici, venus d'ailleurs".  Selon le même principe, nous avons donné la parole à des personnes qui ont, à un moment donné de leur parcours personnel, quitté notre territoire, pour aller en région parisienne par exemple, et finalement revenir dans notre région. Elles nous ont aussi parlé de la difficulté de migrer, y compris à l'intérieur de leur pays. Changer de territoire, se reconstruire d'une certaine manière, se refaire des amis, des relations,  Et tout cela s'est croisé, avec un travail social extrêmement fort autour de ce phénomène de la migration. 

Le travail se poursuit avec la deuxième et la troisième génération. Avoir la possibilité de prendre la parole d'un côté, savoir écouter de l'autre, échanger, sortir des préjugés réciproques. Je reprends volontiers la belle métaphore de Dany Laferrière : "On n'est pas forcément du pays où on est né. Il y a des graines que le vent et la vie aiment semer ailleurs".

Rémy Rebeyrotte, Maire d'Autun et Président de la Communauté de communes du Grand Autunois Morvan.

Une large mobilisation pour un véritable projet de territoire 

Un livre, des expositions, des conférences, des rencontres et des échanges dans les écoles, les collèges, les lycées, auprès du grand public. Et puis un film. Des qualités humaines et artistiques indéniables. Le fruit d'un travail de plusieurs années qui a mobilisé de nombreux acteurs sur l'ensemble du territoire.

Les centres sociaux de la ville d'Autun, en partenariat avec les adultes relais de l'Association familiale de l'Autunois et la médiatrice socio-culturelle de l'association Vie de quartiers, ont sollicité le soutien technique et méthodologique de la Maison du patrimoine orale de Bourgogne et d'une ethnologue pour mener à bien l'aventure débutée en août 2011.

Le projet a bénéficié de l'accompagnement de l'Agence pour la cohésion sociale et l'égalité des chances (ACSE) dans le cadre du Programme régional d'intégration des populations immigrées (PRIPI), de la Fondation de France, de la Politique de la Ville, de la région Bourgogne, de la Direction régionale des affaires culturelles de Bourgogne et du Conseil départemental de Saône-et-Loire. Les centres sociaux et les associations ayant valorisé leur temps de travail et de coordination, la démarche construite sur plusieurs années et complètement intégrée au travail quotidien des animateurs a mobilisé un budget en recette et en dépense de 40 000 € de 2011 à 2015.

Contact : Carole Mongouachon, Direction de la cohésion sociale et urbaine de la ville d'Autun, 03 85 86 80 00

> Découvrir et feuilleter le livre "Venus d'ailleurs, Mémoires en migrance d'habitants de la ville d'Autun"

> Ecouter une émission de la radio RCF consacrée au projet "Venus d'ailleurs" (27 mn)

La délégation de la ville d'Autun, le 23 novembre 2016, lors de la remise du Prix spécial du jury dans les Salons de Boffrand de la Présidence du Sénat.

La délégation de la ville d'Autun, le 23 novembre 2016, lors de la remise du Prix spécial du jury dans les Salons de Boffrand de la Présidence du Sénat.