Innovation semaine 36 : Ville moyennes, plan Mézard, Secteur public, Guadeloupe,Rénovation énergétique des bâtiments, Mobilité,Déserts médicaux, Agenda numérique,Suivi des innovations.

16 Octobre 2017, 21:44pm

Publié par Territoria Le blog

 

Le plan de Jacques Mézard pour conforter   l’attractivité des villes moyennes

Présenté le12 octobre devant l’association Villes de France ce plan donne la priorité à la requalification des centres anciens dégradés et le ministre souhaite qu’il « démarre vite pour obtenir dès 2018 des premiers résultats concrets.

 

Trois axes :

agir sur l’offre de logements pour faire revenir des habitants en centre-ville, défendre l’attractivité du commerce de centre-ville et y développer l’activité économique,

faire des centre- villes des plateformes de service innovantes, en portant l’effort sur l’innovation et le numérique.

Le ministre a aussi souligné la nécessité « d’avancer sur la question de la simplification des normes » devenues pléthoriques, que ce soit en matière d’accessibilité ou d’urbanisme.

Enfin, il a estimé « essentiel que dans ces villes moyennes le maintien de certains services déconcentrés de l’État reste assuré ».

Villes de France, qui représente les villes de plus de 15 000 habitants et leurs agglomérations, a réélu à sa tête Caroline Cayeux (LR), maire de Beauvais (Oise), et comme président délégué Jean-François Debat (PS), maire de Bourg-en-Bresse (Ain).

 

La révolution silencieuse

Par Laurent Leenhardt, Directeur Général, Gfi Branche Software (extraits)

Le secteur public vit une transformation sans précédent : digitale, réglementaire, territoriale.

 

L'administré est devenu un véritable "client", demandeur de services en mode omnicanal (web, mobilité, SMS...). Il exige que les services offerts soient plus larges, disponibles 7/7 et accessibles sur tous les supports (smartphone, tablette, web) avec une qualité accrue et une plus grande réactivité. Il souhaite une information continue, des alertes en temps réels, l'accès à plus de données (transparence, open data), une écoute de son point vue, et une prise en compte plus systématique de ses attentes (démocratie participative).

Il souhaite des élus plus accessibles et connectés avec ses administrés.

À cette transformation digitale s'ajoute une transformation réglementaire qui impose la dématérialisation des processus métiers.

Et la loi NOTRe redécoupe les Régions mais opère aussi un transfert de compétences inter-collectivités avec mutualisation ou fusion de collectivités (création de communes nouvelles ou de métropoles).

Contexte budgétaire contraint et réduction annoncée des effectifs : il faudra faire mieux avec moins, tout en lançant les fondations de la smarrt city.

 

Cette révolution du secteur public a démarré, tout particulièrement dans les collectivités locales qui entrent dans l'ère de l'hyper-innovation. Les circuits sont plus courts : on co-innove, on expérimente puis on généralise.

Grandes entreprises et smart up proposent des technologies à maturité pour relever les challenges : cybersécurité, smart transport, smart lighting, smart water, smart grid, Big Data, ...

Car la smart city de demain se construira par la Data : repenser ses processus, se réapproprier ses données, les fédérer en Data Hub, les organiser, les restituer aux citoyens, les croiser pour leur donner plus de valeur et les mettre au service du pilotage de la performance et du vivre mieux, en alignant optimisation des infrastructures et besoins des administrés.

En savoir plus : https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-174387-la-revolution-silencieuse-du-secteur-public-2119092.php#BrQZAh18BA2mR6eI.99

https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-174387-la-revolution-silencieuse-du-secteur-public-2119092.php#BrQZAh18BA2mR6eI.99

Imaginer le pays Guadeloupe à l'horizon 2020-2030 :

A Pointe-à-Pitre les premières Rencontres scientifiques, sur les contours de la loi NOTRé, ont réuni collectivités territoriales, universitaires et avocats.

 

Pierre-Yves Chicot, maître de conférences en droit public : « Les collectivités doivent faire preuve d'audace, d'inventivité et d'imagination ». Extraits.

 

« Les universitaires peuvent aider à trouver des solutions car ils maîtrisent parfaitement les dispositions législatives réglementaires et le droit de l'Union européenne. Les économistes peuvent inventer des modèles de développement territorial, qui correspondent à la réalité de la Guadeloupe. C'est aussi vrai pour les spécialistes de la biodiversité ou pour les spécialistes en science de gestion. »

 

« Le tourisme est une niche classique de développement, mais nous avons un espace maritime très étendu…et les océans n'ont pas encore livré tous leurs secrets. Il faudra, par exemple, envisager une nouvelle façon de s'alimenter pour prévenir un certain nombre de maladies. Des innovations qui peuvent être porteuses pour d'autres pays. Donc en matière de biomédecine, de biopharmacie, d'agriculture durable, nos territoires peuvent être des modèles. Mais aussi en matière de sciences dures, d'informatique, de robotique.

Des secteurs que l'on oublie, car la Guadeloupe est trop souvent cantonnée à la canne, la banane ou l'ananas. »

contact : http://www.guadeloupe.franceantilles.fr

Financer la rénovation énergétique des bâtiments : quand les budgets sont bas, la créativité augmente !

par Béatrice Alcaraz EXTRAITS

Alors que la rénovation énergétique du parc immobilier de l’Europe est cruciale pour réaliser notre transition énergétique, l’austérité et les coupes dans les budgets publics limitent l’action des collectivités locales.

Zoom sur trois dispositifs de financement innovants : le prêt à taux bonifié, le tiers-investissement et le contrat interne (intracting).

Dans le cadre du projet Infinite Solutions, co-financé par l’Union européenne, Bordeaux Métropole (France), Frederiskshavn (Danemark), Delft (Pays-Bas), Udine (Italie), Almada (Portugal) et Koprivnica (Croatie) ont également testé ces dispositifs de financement innovants !
A travers deux guides méthodologiques les 11 partenaires du projet offrent aux autres collectivités et acteurs locaux et régionaux des conseils pour mettre en place ces dispositifs de financement.
www.energy-cities.eu/infinitesolutions

Le prêt à taux bonifié : permet aux propriétaires d’emprunter pour effectuer des travaux de rénovation à un taux plus bas que celui du marché.
Les collectivités peuvent choisir entre trois alternatives en fonction des ressources humaines et financières dont elles disposent. Trois exemples à découvrir :

  1. Parme qui ne dispose d’aucun budget
  2. Bruxelles qui peut allouer du budget à cette action
  3. Riga qui peut allouer un budget important à cette action

Plus d’information sur Parme, Bruxelles et Riga

Le tiers-investissement : l’investissement est réalisé par un tiers. Pas de dette pour le propriétaire mais des frais de service à réglés à l’investisseur. Zoom sur Stuttgart où l’empreinte carbone du parc immobilier de la ville a été ramenée à 33 %. Défi à relever : augmenter le taux de rénovation annuel (qui stagnait autour d’1 %) pour devenir neutre en carbone d’ici 2050. Plus d’information

Fonds renouvelable et dispositif de contrat interne (intracting) :  la collectivité peut financer, en interne, de multiples investissements en faveur des économies d’énergie. Le service de la collectivité « client » soumet un projet destiné à réaliser des économies d’énergie. Le projet est évalué par le service énergie. Si la période de remboursement s’avère acceptable et le projet rentable, un accord est signé entre les deux services de la collectivité. Le service « client » commence à rembourser l’investissement l’année suivante. Ces remboursements sont ensuite utilisés pour financer d’autres projets. Agueda (Portugal) Plus d’information

La mobilité en milieu urbain

 

Plusieurs participants au projet So Mobility animeront un atelier, vendredi 20 octobre à 14h00 au salon Autonomy, porte de la Villette à Paris. L’objectif est de contribuer aux débats sur le futur de la mobilité en milieu urbain, en mettant notamment en avant la nécessité d’une coopération étroite entre acteurs publics et privés.

contact: www.autonomy.paris/

 

Action publique 2022 : "Faire preuve d’innovation et d’audace"

Lancé, le 13 octobre, le programme "Action publique 2022" vise à transformer l'administration en trois points : "améliorer la qualité des services publics", "offrir un environnement de travail modernisé" aux fonctionnaires et "maîtriser les dépenses publiques en optimisant les moyens".

Un comité de 34 membres sera chargé de proposer des pistes de réformes sur 21 politiques publiques : « Le comité aura carte blanche pour explorer toutes les pistes, évaluer les périmètres, identifier les doublons et parfois même les triplons de compétence, parce qu’il en existe » et il faudra « faire preuve d’innovation et d’audace afin d’imaginer qu’elle pourrait être une organisation idéale des services publics ».

La question du « périmètre » des missions assurées par l’État figure bien dans la réflexion et le Premier ministre dit vouloir éviter « une approche comptable » du « rabot » et du « faire moins avec moins ».

Le Comité sera dirigé par un trio : Ross McInnes, président du groupe Safran, Véronique Bédague-Hamilius, ex-directrice de cabinet de Manuel Valls à Matignon et cadre dirigeante de Nexity, et Frédéric Mion, directeur de Sciences Po Paris. On y retrouve les économistes Jean Pisani-Ferry et Philippe Aghion, Enrico Letta, ex-président du Conseil italien, Laurent Bigorgne, président de l’Institut Montaigne (think-tank libéral) ou encore des élus ou ex-élus socialistes, LREM ou LR, mais aucune grande figure syndicale.

Le premier ministre lance sa réforme des administrations publiques

www.caissedesdepotsdesterritoires.fr

 

Par l’organisation du grand forum de l'action publique (nouveau nom des Etats généraux des services publics) l’Etat veut "recueillir les attentes et propositions des citoyens sur la transformation du service public et réfléchir avec les agents publics à un cadre de travail modernisé".

Il prendra la forme de "treize forums régionaux des services publics" qui seront organisés en novembre et décembre prochains. Les ministères s'appuieront sur les résultats de cette consultation, ainsi que sur les travaux du CAP 22 et les "chantiers transversaux", pour bâtir des "plans de transformation" ministériels qui seront présentés en conseil des ministres d'ici l'été 2018.

Innovations publiques : comment les faire survivre.

OPSI  -  www.oecd.org (traduction libre)

Ce qui permet à une innovation de survivre, c’est d’abord et avant tout une affaire de culture spécifique : être ouvert au débat, à la critique, à l’échec et à la transparence.

Nous sommes partis de l’idée que le progrès continu, l’agilité et l’adaptation des innovations pouvaient accroître leur chance de survie à long terme et avons défini un modèle à partir de 3 facteurs : évaluation, bilan et apprentissage.

Quand les organisations qui innovent sont obligées de faire remonter le feedback sur l’efficience et l’efficacité de l’initiative, sont gardées attentives par l’audit et l’évaluation et qu’elles arrivent à transformer cette pression en apprentissage, nous pensons que leurs innovations ont plus de chance de résister au temps. Si ces 3 démarches sont suivies, une organisation sera capable d’adapter l’innovation si nécessaire. En vérifiant constamment que l’innovation répond aux besoins des destinataires, aussi efficacement que possible, les innovations peuvent être améliorées en continu…

Alors si j’ai un conseil à donner aux acteurs, c’est de faire attention à ce qui se passe après l’introduction de l’innovation. Un « design » parfait n’est pas suffisant pour qu’elle dure. Il faut essayer de construire une culture de l’évaluation, du bilan et de l’apprentissage.

 

https://www.oecd.org/governance/observatory-public-sector-innovation/blog/page/innovationvstimehowtomakepublicsectorinnovationssurvive.htm

Lutte contre les déserts médicaux

 

 

Le gouvernement veut « faciliter » les initiatives locales et « les organisations innovantes » dans chaque territoire pour lutter contre les déserts médicaux, ont annoncé le Premier ministre et la ministre de la Santé en dévoilant leur plan vendredi 13 octobre à Châlus (Haute-Vienne).

« L’accès aux soins est au cœur du pacte social », a déclaré le Premier ministre, venu inaugurer une maison de santé dans une région confrontée comme tant d’autres au manque de médecins.

…Mais il « serait illusoire d’annoncer des mesures définitives, ou de concentrer nos efforts sur le seul sujet de l’installation des professionnels de santé ».

À la place, le gouvernement propose « un panel de solutions adaptables à chaque territoire », des « mesures de simplification législatives ou réglementaires » pour « soutenir les organisations innovantes », qui bénéficieront d’un fonds dédié.

Par ailleurs, la ministre présidera un « comité national de suivi des actions locales » chargé « d’identifier les dispositifs qui fonctionnent, de les évaluer et d’adapter les mesures mises en œuvre ».

http://www.weka.fr/actualite/sante/article/deserts-medicaux-le-gouvernement-veut-faciliter-les-initiatives-locales-57456/

 

Le 10 octobre, lors du 22ème Festival FIMBACTE

l’Observatoire TERRITORIA a décerné le TROPHÉE INNOVATION PUBLIQUE à la Ville de Sens

"La conquête urbaine des quais", projet créateur de lien social et de développement

d'activités tout en valorisant le patrimoine.

Les Trophées du Cadre de vie récompensent, chaque année, les projets et réalisations issus des Collectivités et des Entreprises répartis sur l'ensemble du Territoire national, après sélection des dossiers et audition devant jurys dédiés.

                                                               

4 et 5 octobre à Tallinn (Estonie)

Lors de la rencontre, ont dévoilées les « Bonnes Pratiques URBACT »

Près de trois cents villes (de toutes tailles) ont répondu à l’appel à projets complètement ouvert d’URBACT. Il n'y avait pas de priorités thématiques précises : les projets devaient être pertinents, étayés, transférables et conformes aux principes du programme.

Les 97 bonnes pratiques finalement approuvées proviennent de 25 États membres : 18 abordent la question de la pauvreté urbaine, 15 concernent l'utilisation durable des terres. 11 se concentrent sur les emplois et les compétences, d’autres sont relatives à l'économie circulaire, à l'intégration des migrants et à la transition numérique.

Prochainement des mises à jour et des analyses de bonnes pratiques seront partagées sur le site Web, le blog, les chaînes de médias sociaux et les rencontres face-à-face d'URBACT. A suivre sur http://urbact.eu/good-practices/home

 

Forum des Interconnectés

6 et 7 décembre 2017 à Lyon

Thème : déployer les projets à l’échelle des territoires et généraliser les pratiques http://forum.interconnectes.fr/

TRIP d'automne, 28 et 29 novembre à Paris

L’AVICCA regroupe les collectivités engagées dans le numérique, pour faciliter l'échange des pratiques et agir ensemble au plan national. Au-delà des infrastructures et des réseaux, les axes de travail de l'AVICCA incluent le numérique éducatif, les SIG, les territoires intelligents, l'audiovisuel...

plus d'information: www.avicca.org/

Agenda octobre/novembre 2017

 

17 octobre: 16ème Journée d'études de l'observatoire SMACL à l'AMF à Paris

17 Octobre : Les entretiens du cadre de ville à Paris

18 au 20 Octobre : Congrès des Départements de France, à Marseille

19 et 20 octobre : 4e Forum national de l'économie sociale et solidaire et de l'innovation sociale à Niort

20 octobre:  Atelier So mobility au salon autonomy à Paris

26 et 27 octobre: Rencontres d'Automne des Nouvelles Ruralités (ANNR) à Valence

20 au 26 novembre : Semaine de l’Innovation publique dans toute la France

20 au 21 novembre : Conférence "Innovation in Government : The new normal" OCDE à Paris

21 au 23 novembre : 100ème Congrès de l’AMF, à Paris

28 et 29 novembre : TRIP d'automne  à Paris

6 et 7 décembre: Forum interconnecté à Lyon

Commenter cet article