Innovation semaine 39: Economie circulaire, Moralisation de la vie publique, Budget participatif, Expérimentation comportementale, Participation citoyenne, Semaine de l'innovation publique, OPSI.

6 Novembre 2017, 22:38pm

Publié par Territoria Le blog

Brune Poirson a lancé la plateforme

de consultation publique sur l’économie circulaire depuis la Gare Saint-Lazare

Le Lundi 30 octobre 2017

Brune Poirson, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire a choisi le centre de tri des déchets de la gare Saint-Lazare pour lancer la plateforme de consultation publique sur l’économie circulaire, qui sera ouverte jusqu’au 6 décembre, pour l’élaboration de la feuille de route de l’économie circulaire qui sera présentée en mars 2018.

Particuliers, entreprises, collectivités, associations : chacun est désormais invité à contribuer en ligne pour nourrir la réflexion et apporter des solutions concrètes à plusieurs défis :

  • Comment produire mieux avec moins de ressources ?
  • Comment mieux consommer ?
  • Comment mieux recycler ?
  • Comment mobiliser l’ensemble des acteurs, du particulier aux entreprises, pour accélérer cette nouvelle économie ?
  • Quelle sont les mesures d’accompagnement qui doivent être mises en place pour favoriser la transition vers l’économie circulaire ?

Entrez dans le boucle et participez sur la plateforme de consultation publique

Participez

Pour plus de renseignements sur l’économie circulaire et la feuille de route, consultez le

Site du ministère de la Transition écologique et solidaire

 

Moralisation de la vie publique : que changent les lois du 15 septembre 2017 ?

Les lois ordinaire et organique pour la confiance dans la vie politique ont été promulguées le 15 septembre 2017. Promesse de campagne d’Emmanuel Macron, il s’agit des deux premières grandes lois du quinquennat.

Elles viennent compléter les mesures progressivement adoptées, en particulier depuis 2013, en matière de transparence. Elles contiennent des dispositions sur la "moralisation" intéressant l’ensemble des responsables publics. Elles traitent, par ailleurs, du financement de la vie politique.

Ces deux lois ne sont que la première étape de la réforme de "confiance". Une révision de la Constitution est prévue pour 2018. Elle portera notamment sur la limitation du cumul des mandats dans le temps et la réduction du nombre des parlementaires.

Vie-publique.fr vous propose quatre articles pour découvrir les nouveautés introduites par ces textes en matière :

En savoir plus

Outre Paris, 45 villes françaises

ont adopté le budget participatif Par Anne-Aël Durand

 

Le principe est d’associer les habitants au choix de dépenses d’investissement qui les concerne, par le biais d’un organe de délibération et ce de manière récurrente.

Outre à Paris, cet exemple de démocratie participative connaît un intérêt croissant, puisque le nombre de communes concernées a quasi doublé en un an, passant de vingt-cinq à quarante-six, selon une étude réalisée par Antoine Bézard, fondateur du site lesbudgetsparticipatifs.fr. Cet essor s’explique par une volonté politique d’associer davantage les citoyens, mais aussi par le développement de plates-formes techniques sur Internet qui facilitent cette expression. Dans 40 % des projets actuels, le dépôt et le vote du projet se font désormais en ligne.

 « Au-delà des chiffres, c’est la diversité des territoires qui frappe. Villages, communes et petites préfectures rurales côtoient les centres ou périphéries d’agglomérations très urbanisées, avec un fort développement des budgets participatifs en petite et grande couronnes parisiennes », explique Antoine Bézard.

Selon l’enquête réalisée par Antoine Bézard, le marqueur politique est en train de s’estomper en France. En 2016, 84 % des villes concernées se classaient à gauche mais elles n’étaient plus que 65,5 % en 2017, le reste étant des villes centristes, de droite ou sans étiquette.

Paris ou Rennes ont choisi de consacrer 5 % du budget d’investissement de la ville, mais d’autres communes ont des objectifs plus modestes, de 1 à 2 %. Et la moyenne réalisée dans les quarante-six villes françaises n’atteint que 9 euros par habitant. Sans grande surprise, les habitants qui participent au budget participatif cherchent avant tout à améliorer leur cadre de vie. Ainsi, les projets plébiscités concernent l’aménagement de l’espace urbain, la nature en ville, les modes de circulation douce ou les équipements culturels et sportifs.

 En savoir plus

           

De l'innovation participative

à l'innovation collaborative

 

Le 30 novembre, lors du Carrefour de l’Innovation Participative, l’association Innov’Acteurs, organisatrice de l’évènement, fêtera 15 ans de promotion de cette « démarche de management structurée visant à stimuler et à favoriser l’émission, la mise en œuvre et la diffusion d’idées par l’ensemble du personnel, en vue de créer de la valeur et de faire progresser l’organisation » ainsi que la définit Muriel Garcia, présidente d’Innov’acteurs.

 

Depuis les fameuses « boîtes à idées », maintenant centenaires, le concept n’a cessé d’évoluer et se nourrit maintenant des possibilités offertes par la révolution numérique et les nouvelles façons de travailler, en mobilisant de manière positive les collaborateurs.

 

Parrainée par le SGMAP cette 16 ème session réunira plus de 250 experts et praticiens des nouveaux usages de l’Innovation Participative sur le thème : « Génération innovation participative en 2030 : une nouvelle ère managériale pour innover ? ».

 Pour en savoir plus                                                             https://twitter.com/innovacteurs

« Innovation in Government : The New Normal »

20 et 21 novembre à Paris.

L' Observatoire de l'innovation dans le secteur public (OPSI) de l'OCDE et ses partenaires de la Direction générale de la recherche et de l'innovation de la Commission européenne sont heureux de réunir des innovateurs du monde entier pour cette conférence qui mettra en lumière les enseignements tirés du travail de l'OPSI avec les pays qui transforment leurs opérations et améliorent la vie de leurs populations grâce à l'innovation. Chefs de gouvernement, fonctionnaires et partenaires innovateurs de l'industrie et de la société civile vont s’y retrouver pour établir des liens, partager des expériences et collaborer.

En savoir plus

 

L’expérimentation comportementale met les interventions publiques et managériales en éprouvette

Un problème purement technique peut être résolu par une théorie solide. Les questions politiques, économiques ou sociales, elles, sont traitées par des mesures dont l’efficacité est difficile à anticiper : leur succès dépend des réactions des individus concernés.

Afin de dépasser cette limite, les méthodes expérimentales issues des sciences naturelles ont été adaptées à l'étude des comportements humains au cours des trente dernières années. Elles ont récemment été popularisées par l'attribution du "prix Nobel d'économie" à Richard Thaler. Ses travaux insistent sur les interventions paternalistes. Connues sous le terme de "nudge" (coup de pouce), ces interventions exploitent les défauts de rationalité pour orienter les individus dans leurs choix.

Ces méthodes permettent de mesurer finement la conformité des choix effectifs à différentes hypothèses de comportement. Elles prennent la forme de "jeux" (le plus souvent en laboratoire) qui reproduisent ainsi " in vitro" l'environnement économique ou social, et permettent d'observer les comportements et réactions des participants à un changement simulé, qui reproduit une mesure publique ou industrielle. L'expérimentation permet d'éviter les errements les plus flagrants et d'ajuster le contenu des interventions envisagées afin qu'elles atteignent au mieux leurs objectifs. L'expérimentation ne reste cependant qu'une méthode empirique, qui a vocation à décrire ce qui se passe, mais ne vise pas à établir ce qui devrait être. Ce faisant, elles peuvent néanmoins contribuer à libérer le débat public de ces questions pour qu'il puisse se porter sur la légitimité des fins et des moyens.

Nicolas JACQUEMET, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d'économie de la Sorbonne, et École d'économie de Paris
et Fabrice LE LEC, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d'économie de la Sorbonne

 En savoir plus

La boîte à outils des démarches

de participation des citoyens

Consultation en ligne, atelier citoyen, hackathon, barcamp…Les démarches de participation des citoyens ont pris de l’ampleur ces dernières années au sein de l’Etat français.

Pour accompagner et amplifier le mouvement, le SGMAP a créé, avec un cabinet indépendant, une boîte à outils à destination des administrations. Pratiques, ces fiches présentent les différents types de dispositifs afin de les aiguiller et de les aider à les mettre en place. Quelles démarches pour quels usages ? Quelles sont, pour chacune, les modalités, la durée, le coût estimatif, le public visé… ?

Consultez la boîte à outils

Agenda Novembre-Décembre 2017

14 novembre: Remise des trophées Territoria dans les salons de la présidence du Sénat

20 au 26 novembre: Semaine de l’Innovation publique dans toute la France

20 au 21 novembre: Conférence "Innovation in Government : The new normal" OCDE à Paris

21 au 23 novembre : 100ème Congrès de l’AMF, à Paris

28 et 29 novembre : TRIP d'automne  à Paris

6 et 7 décembre: Forum interconnecté à Lyon

Commenter cet article