Innovation semaine 40: Déchets, ADEME, Collectivités numériques, Territoires, Revitalisation centre-bourg, Vie associative, Fiscalité locale.

13 Novembre 2017, 22:56pm

Publié par Territoria Le blog

Les partenaires locaux et le directeur régional de l’Ademe. M.-P.V.

Déchets : la Lozère cherche l’innovation et l’exemplarité

Un contrat Zéro déchet zéro gaspillage a été signé pour trois ans entre le Département et l'Ademe, le 7 novembre.

Quand on voit les famines ou les tempêtes, les déplacements de population générés par les modifications du climat, on se dit qu'il faut être acteur du changement. Il faut prendre conscience de la limite des ressources. En recyclant, avec l'économie circulaire, on peut aussi créer de la richesse. Un voyage dans la Creuse sur ce thème nous a laissés pleins d'espoir”, estime Bernard Palpacuer, président de la commission eau et environnement, lors de la signature des programmes locaux de prévention des...
En savoir plus

WavebreakMediaMicro - Fotolia.com

Les collectivités locales méconnaissent les métiers du numérique

Publié le 10/11/2017 • Par Martine Courgnaud - Del Ry

Chief data officer responsable des données publiques, chef de projet open-gov et démocratie participative, data scientist, responsable de smart city, chef de projet smart grids… Derrière ces termes parfois barbares se cachent des métiers — une douzaine — indispensables pour mener une politique numérique territoriale.

Or, ils sont aujourd’hui très peu développés dans les collectivités, comme le montre une vaste étude, réalisée par des auditeurs du certificat de spécialisation du Cnam : « Innovation publique dans les territoires : politiques et management ». S’adapter à l’innovation nécessite notamment de repenser l’organisation interne du service public, les partenariats et le pilotage des projets.

L’étude relève que la méconnaissance de certains domaines du numérique, dont font preuve de nombreuses collectivités, se traduit par le besoin d’améliorer les compétences des élus et des agents.

En effet, près de neuf élus communaux sur dix ne disposent que de connaissances limitées du numérique (48 %), voire aucune (40%). Une proportion quasiment identique pour l’encadrement (avec respectivement 64% et 26%), tandis que six agents territoriaux sur dix auraient des connaissances partielles et plus de trois sur dix, aucune.

Xavier Niel, fondateur d'Iliad (Free) et Stéphane Richard, PDG d'Orange.

En Mayenne, Free va commercialiser ses offres sur des infrastructures déployées par Orange en zone rurale.

Thomas Padilla/MAXPPP

Le contrat de délégation de service public qui attribue à Orange la responsabilité de déployer et d'exploiter la fibre optique sur tout le territoire rural du département (la zone RIP pour réseau d'initiative publique) est une première car il permet à Free de proposer ses offres fibre sur le futur réseau mayennais.

Orange a déjà remporté plusieurs de ces contrats « RIP », notamment pour couvrir les zones les moins denses de l'Auvergne ou de la Bretagne, mais le département de la Mayenne sera le premier (hors Paris) à apporter la fibre à 100 % de ses administrés (110.000 foyers et locaux professionnels à raccorder d'ici 2021 ) et à un coût modique - la construction doit coûter 141,5 millions d'euros au lieu des 179 millions initialement prévus, dont seulement 20 % de participations publiques.

Et surtout, dès que les Mayennais disposeront de la fibre dans leur logement, ils pourront choisir entre la box d'Orange et celle de Free.

« Nous ne sommes pas dans l'esprit d'un ancien monopole qui aspirerait à le redevenir, mais dans un esprit de partenariat », a commenté Stéphane Richard. « Dans les zones rurales, le bon sens économique impose une forme de mutualisation. Il y va de l'intérêt général et la stratégie des acteurs économiques doit s'effacer devant l'impératif national d'apporter à tous

 Lire la suite les échos.fr

A Meudon, les habitants peuvent certifier leurs compétences numériques !

Une belle initiative gratuite, qui peut être utile sur un CV !

4 sessions de tests ouvertes au public sont organisées en partenariat avec l’entreprise Alternative digitale, à l’origine du certificat de compétences digitales DiGiTT qui atteste du niveau digital d’une personne dans un contexte professionnel.

L’objectif est d’évaluer 9 grandes compétences liées à la transformation numérique des organisations :
 Les bases de la transformation numérique – Comprendre en quoi le digital impacte son métier et son secteur d’activité au quotidien, dans un proche avenir et sur le long terme ;
 Communication et Collaboration – Communiquer et travailler avec les autres grâce aux outils digitaux ;
 Contenus numériques – Créer, développer et partager les contenus numériques ;
 Sécurité & Technologie – Se protéger des menaces liées à l’utilisation d’outils numériques ;
 Résolution de problèmes – Trouver et résoudre les problèmes liés à l’utilisation des outils numériques, rester à la pointe en faisant évoluer ses compétences ;
 Mobilité – Utiliser les moyens de communication en situation de mobilité ;
 Webmarketing – Appliquer les techniques du marketing sur les supports numériques pour toucher les prospects et les clients ;
 Data & innovation – Gérer de grandes quantités de données générées par les usages du numérique et intégrer les innovations ;
 E-commerce – Acheter ou vendre sur Internet grâce aux différents sites et plateformes, en toute sécurité.
Plus d’informations sur le site de la ville de Meudon

 

La DGFiP publie un guidesur la fiscalité directe locale pour les collectivités

La Direction générale des finances publiques (DGFiP) vient de publier un guide complet dédié à la fiscalité directe locale, à l'usage des agents des collectivités et établissements publics locaux. Ce guide détaille les règles fiscales par impôt, et présente de manière synthétique l'ensemble des prestations proposées par la DGFiP aux collectivités locales en matière fiscale.
Au-delà de leur mission traditionnelle de recouvrement de l’impôt et de la tenue de la comptabilité des collectivités, la DGFiP rappelle dans ce guide son « rôle d’expert comptable et financier », « d’assistance technique en matière domaniale » et de « conseiller en matière de fiscalité locale mais aussi commerciale (TVA) » auprès des collectivités et des EPCI.
« Dans un contexte de resserrement budgétaire », reconnaît la DGFiP, les communes et les EPCI « mènent un exercice de plus en plus délicat pour la prestation de leurs budgets ». Ainsi, « une connaissance précise et bien comprise de leurs ressources fiscales s’avère être une exigence de plus en plus grande », fait valoir la DGFiP qui précise que ce guide sera « progressivement enrichi » et « régulièrement mis à jour » afin de tenir compte des nouveautés législatives et des « besoins des collectivités ».


         Plus d'information : Fiscalité locale
         Télécharger le guide.

Revitalisation des centres bourgs : l'expérimentation est en marche

L’EPFB, avec tous ses partenaires, a initié une démarche inédite pour donner un nouveau souffle aux centres bourgs des communes bretonnes touchés par une perte d’attractivité résidentielle.

Une expérimentation est en cours à Mellé, en Ille-et-Vilaine et Josselin, dans le Morbihan, afin de mettre au point une méthode et des outils types, mobilisables par les élus locaux pour lutter concrètement contre ce phénomène.

 Innovante par son caractère systémique, la démarche rassemble tous les acteurs de l’aménagement concernés et compétents au niveau local, sous le pilotage de l’EPFB, dans un souci de cohérence des différentes politiques publiques. Sur les deux communes tests, l’expérimentation se découpe en plusieurs phases. La première consiste en des études visant à appréhender la problématique dans sa globalité, à identifier les solutions envisageables puis à définir une stratégie technique, architecturale et financière. Une étude sociologique a également été réalisée sur l’attractivité des centres bourgs en Bretagne et un recensement de toutes les aides mobilisables pour des travaux de réhabilitation du bâti ancien a été effectué.

www.epfbretagne.fr

   La fibre optique doit être amenée à tous les locaux (particuliers et professionnels) des zones rurales du Nord et du Pas de Calais d’ici à fin 2021.

Depuis un an, près de 11 000 foyers sont désormais raccordables et pourront bénéficier du Très Haut Débit dès ce mois de novembre.

En 2018, le volume de déploiement atteindra 120 000 prises pour s’établir 150 000 en 2019, un volume record. Afin de tenir ses engagements sur les délais, THD 59-62 s’appuie sur le tissu local : plus de 40 sociétés partenaires travaillent pour le projet représentant déjà plus de 300 personnes à l’œuvre sur les territoires, dont 32 personnes en insertion.

Les usagers bénéficieront ainsi de tous les avantages d’une connexion Très Haut Débit avec des services de qualité pouvant associer une connexion Internet ultra-rapide, la télévision et les téléphonies fixe et mobile. Le réseau leur permettra, qu’ils soient particuliers ou professionnels, de bénéficier des nouveaux usages du numérique ainsi mis à leur disposition (e-administration, e-éducation, e-santé, télétravail, objets connectés).

En savoir plus

LES AVENTURES DE KUMAMON

EN FRANCE

Distingué « ambassadeur de l’amitié pour la destination France 2017 »,

Kumamon, la célèbre mascotte du département de Kumamoto, a passé deux semaines en France, du 30 juin au 12 juillet. Kumamon était suivi par un important groupe de journalistes japonais qui retransmettaient ses passionnantes aventures auprès du public japonais.

En Provence, il s'est rendu à Aix-en-Provence, jumelée avec la ville de Kumamoto, puis à Marseille. En Normandie, il a visité le Mont-Saint-Michel, a dégusté la fameuse omelette de La mère Poulard et fait du cyclisme dans le superbe paysage de la baie. En Île-de-France, il est parti à la découverte du mode de vie des Français.

La retransmission par les médias japonais des aventures de Kumamon a permis de présenter à un large public japonais une palette haute en couleur des charmes de la France. Kumamon a prévu de revenir l'an prochain

      Les nouvelles actions du Gouvernement pour la vie associative

Jeudi 9 novembre, à l’occasion d’une rencontre avec les associations, Edouard Philippe, Premier ministre, et Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale, chargé de la vie associative, ont détaillé de nouvelles actions pour soutenir le monde associatif et développer une société de l’engagement.

Cette stratégie s’illustrera à travers différentes initiatives du Gouvernement pour favoriser une meilleure reconnaissance du bénévolat, encourager l’engagement et promouvoir l’innovation, et se concrétise par de nouvelles actions :

  • Instauration chaque année, autour du 1er juillet, d’une semaine nationale de l’engagement
  • Déploiement de « l’accélérateur de l’innovation sociale » : 10 innovations locales qui ont fait la preuve de la robustesse de leur modèle et de leur impact social seront sélectionnées, et seront accompagnées afin qu’elles deviennent des solutions nationales.
  • Mise en place du Compte d’engagement citoyen
  • Création de services numériques pour simplifier la tâche des responsables associatifs et le développement de plateforme numérique

Pour en savoir plus :

Près d’un Français sur trois a le sentiment de vivre dans un « territoire délaissé »

C’est ce que relève une enquête du Crédoc publiée dans la lettre « Consommation et modes de vie » du mois d’octobre.

Reste que la grande majorité des Français porte un regard positif sur son territoire puisque près de 90 % d’entre eux se disent « satisfaits », voire « très satisfaits » de leur cadre de vie quotidien.

Près des trois quarts des Français estimant vivre dans un territoire délaissé ont, d’ailleurs, un très fort attachement à celui-ci, autant que l’ensemble de la population.
Le sentiment de délaissement est, toutefois, particulièrement prégnant dans les communes éloignées des grands pôles urbains et notamment dans les communes isolées (45 %) ou des communes situées dans des petites ou moyennes aires urbaines (44 %)..
Ces Français (77 %), comme l’ensemble de la population (75 %), attendent davantage de la part des pouvoirs publics le développement de leur territoire en termes d’emplois (44 %), de santé (40 %), de transports (37 %) et de services publics (33 %) que des aides à la mobilité. Une dernière option privilégiée par moins d’un quart des répondants à l’enquête.

Télécharger l’étude.

Agenda Novembre-Décembre 2017

14 novembre: Remise des trophées Territoria dans les salons de la présidence du Sénat

20 au 26 novembre: Semaine de l’Innovation publique dans toute la France

20 au 21 novembre: Conférence "Innovation in Government : The new normal" OCDE à Paris

21 au 23 novembre : 100ème Congrès de l’AMF, à Paris

28 et 29 novembre : TRIP d'automne  à Paris

6 et 7 décembre: Forum interconnecté à Lyon

Commenter cet article