Innovation semaine du 25 septembre 2018 : Métropoles et territoires - Coworking - Eurorégion - TER Hybride -Ville marchable - Transport urbains collectifs - Mobilité de demain - Terrains de sports synthétiques - Centre médical de proximité - L'école de demain.

25 Septembre 2018, 11:30am

Publié par Territoria Le blog

Actualité de l'innovation publique

 A la une

 

 Le tour de France des initiatives

L'école de demain, c'est déjà aujourd'hui!

Les établissements multiplient les initiatives pour vivre l'école autrement.

Seine maritime, silence on lit : 15' dédiées à la lecture pour redonner le goût de la lecture.

Yvelines, le collège réinventé : L'architecture au service de la pédagogie.

Marseille, une tablette pour apprendre à lire : un nouvel outil pour l'enseignant 

Paris, moins de bitume dans les cours de récréation : reverdir les espaces dédiés aux jeux des enfants.

Grand Est, adieu les manuels papier! : réduire le poids de cartables

Laval, la classe devient flexible : proposer au sein de la classe une certaine mobilité aux enfants

Lire la suite

 

Première expérimentation TER Hybride

Les Régions Grand Est, Nouvelle-Aquitaine et Occitanie, SNCF et Alstom s'unissent pour concevoir le premier train TER Hybride, encore plus économe en énergie. Dès 2020, le premier Régiolis Hybride circulera en phase d'essais avec pour objectif la réduction de 20 % de sa consommation énergétique.

Les régions Grand Est, Nouvelle-Aquitaine et Occitanie, SNCF et Alstom investissent 16,6 millions d'euros pour cette expérimentation, les régions assurant également la prise en charge des coûts de mise à disposition d'une rame Régiolis du parc Occitanie pour la rendre hybride.

Elle devrait entrer en service commercial courant 2021 pour valider en conditions réelles les fonctionnalités et les performances de la solution. Le déploiement en série est envisagé à partir de 2022.

« Aucune autre solution ne permet à court terme sur le matériel en exploitation de tels gains : une réduction de 20 % de l'énergie consommée et de l'émission des gaz à effet de serre », souligne Frank Lacroix, Directeur général TER. S'y ajoutera l'optimisation des coûts de maintenance de la propulsion, grâce au remplacement de deux moteurs diesel par des batteries sur le train.

En savoir plus

La ville marchable ?

Longtemps considérée comme le parent pauvre des politiques de mobilités, la marche est aujourd’hui sur le devant de la scène et ambitionne même devenir le premier moyen de déplacement en zone urbaine. Si la question n’est plus de savoir si la ville de demain sera marchable ou non, reste à savoir comment les architectes, urbanistes et collectivités peuvent revoir la conception des villes afin d’inciter les habitants à se déplacer à pied.

Au regard des enjeux urbains actuels – augmentation de la densité de la population en ville, pollution atmosphérique et sonore, congestion des transports en commun – favoriser la marche à pied devient un défi urbanistique majeur. Les villes, souvent conçues pour faciliter la vie des automobilistes, tentent de s’adapter aux piétons pour leur permettre de renouer avec l’espace public.

Recoudre les coupures urbaines

Le département du Val-de-Marne a, par exemple, décidé de donner la priorité à la réhabilitation de ses coupures urbaines. “Nous avons identifié un certain nombre de points noirs qui compliquent la circulation des piétons, cyclistes et véhicules. Il s’agit essentiellement de franchissement de faisceaux ferrés, de cours d’eau ou de routes”, explique Pierre Garzon, vice-président du Conseil départemental en charge des transports.

Pour le pont de Choisy qui laisse très peu de place aux piétons et aux cyclistes, le département a imaginé la création d’une passerelle piétonne qui permettra notamment de libérer des espaces sur le pont et de laisser la place à une vraie piste cyclable bidirectionnelle de 3 mètres de large.

Si ce type d’infrastructures nécessite souvent d’importants travaux, il existe d’autres moyens pour favoriser plus facilement les zones de rencontres entre les différents modes de transport.

 

Multiplier les zones de rencontres

À travers son plan “piéton” dévoilé en janvier 2017, la maire de Paris Anne Hidalgo, en a d’ailleurs fait son cheval de bataille : des “rues aux enfants” piétonnisées et équipés de jeux, des zones de rencontres aux abords des squares avec une priorité réservée aux piétons et aux cyclistes, des trottoirs élargis et végétalisés, des places réaménagées suivant le modèle de la place de la Nation.

Nexity Lab            En savoir plus

Transport collectif urbain             La contribution des usagers ne cesse de diminuer

Malgré la croissance des coûts d'exploitation des transports collectifs urbains, la participation financière de leurs usagers diminue, constate le Commissariat général du développement durable (CGDD) dans une publication qui vient d'être mise en ligne. À l'heure des débats sur la gratuité, elle rappelle les évolutions à l'œuvre depuis 15 ans dans les grandes agglomérations pour financer le fonctionnement des transports publics.

Baisse de la couverture des charges d'exploitation par les recettes tarifaires, entre 2000 et 2015, de 31% à 18% dans les réseaux de 50 à 100.000 habitants, de 33% à 18% dans ceux sans métro ou tramway et de 37% à 32% dans ceux qui en sont équipés. Seule la RATP bénéficie encore d'un taux de couverture important, malgré une baisse de cinq points en 15 ans (49% en 2015 contre 54% en 2000).

Participation des collectivités en hausse. "Pour assurer l'équilibre financier des opérateurs de transport collectif urbain, les autorités organisatrices leur versent des subventions d'équilibre et des compensations tarifaires lorsqu'elles imposent des tarifs sociaux. Comme les recettes commerciales des opérateurs croissent moins rapidement que leurs dépenses d'exploitation, les autorités organisatrices sont de plus en plus sollicitées … or leurs ressources sont le versement transport et la participation des collectivités (communes, EPCI, départements, régions, État, voire Union européenne).

Contribution relative des usagers en diminution. Dans les réseaux ne disposant pas de métros ou de tramways, elle a été divisée par deux en 15 ans. En 2015, les usagers finançaient 38% du coût total en Île-de-France, qui s'élevait à 9,4 milliards d'euros. En province, où ce coût était de 7,3 milliards d'euros, leur part était de 20% dans les réseaux dotés de métro et de tramway et de 12% dans ceux qui n'en étaient pas équipés.

En savoir plus

Métropoles et territoires

La proximité avec une métropole : entre atout et handicap pour les territoires voisins

Quatre étudiants de l’école urbaine de Sciences Po Paris ont établi une analyse comparée entre les métropoles de Lille, Toulouse et Nantes dans leurs coopérations avec les territoires voisins, questionnant la perception qu'élus et cadres administratifs ont de ces relations. Leur étude tord le cou à quelques idées reçues. Notamment celle selon laquelle un soutien à la croissance des métropoles va naturellement de pair avec un rayonnement de leur dynamisme sur les territoires voisins, par effet d’entraînement.

Système en étoile, auto-centré ou propice à la coopération

Le système toulousain est intéressant car le "terrain offre l’exemple d’une métropole à la ville-centre prédominante [...] et intégrée au cœur d’un système en étoile avec des transferts importants, notamment de masse salariale". Il fédère 37 communes, 746.900 habitants, 435.300 emplois, 1.630 habitants /km2, 458 km2. Le budget en 2017 était de 1,241 milliard d’euros.
Souvent cité comme un écosystème territorial propice à la coopération, qui explique en partie sa bonne résilience à la crise économique de 2008, le bassin métropolitain nantais compte quant à lui 24 communes, 619.200 habitants, 331.900 emplois, 1.183 habitants / km2, 523 km2. Son budget en 2017 était de 1,2 milliard d’euros, dont 436 millions d’euros consacrés à l’investissement. Selon le rapport de France Stratégie, la métropole partage sa dynamique d’emploi avec les territoires qui l’entourent.
Enfin, Lille et son archipel urbain et industriel pèsent plus lourd : 90 communes, 1.139 900 habitants, 509.800 emplois, 1.760 habitants / km2, 648 km2. Son budget était de 1,125 milliard d’euros en 2017. La métropole lilloise présente "un intérêt indéniable pour observer la mise en place de stratégies coopératives dans un contexte a priori institutionnellement fragmenté et économiquement fragilisé", notent les auteurs, qui évoquent une image de "métropole à dynamique auto-centrée".

lire la note de France Stratégie publiée en novembre 2017.

Coworking

Mission Coworking :  28 propositions

La Fondation Travailler Autrement a remis son rapport « Mission Coworking : Territoires, Travail, Numérique » dont le but est de soutenir l’émergence de tiers lieux et le travail partagé en France.

Il établit 28 propositions dont six principales, qui se regroupent dans trois défis à relever : 

L’acculturation
Favoriser les partenariats publics-privés : par exemple la mise à disposition de locaux par les collectivités, la formation des agents publics à l’animation des tiers lieux, etc.

L’accompagnement
– Accompagner la constitution de 300 Fabriques des territoires, des tiers lieux structurants situés dans 300 zones clés (quartiers prioritaires, zones stratégiques pour l’emploi)
– Créer un fonds de dotation de 20 millions d’euros par an sur trois ans ainsi qu’un fonds d’investissement socialement responsable de 50 millions d’euros

La protection
– Créer une structure porteuse, le Mouvement national des tiers lieux, afin d’incarner cet écosystème à l’échelle nationale.
– Reconnaître et professionnaliser le métier d’animateur des tiers lieux.

En savoir plus

Eurorégions

Collaborations stratégiques eurorégionales

L'Eurorégion Nouvelle-Aquitaine Euskadi Navarre lance la 2ème session de l’appel à projets qui vise à développer et dynamiser la coopération entre acteurs (privés ou publics) issus des trois régions, dans les domaines jugés prioritaires par le Plan stratégique eurorégional 2014-2020 :

Aéronautique/spatial, ITS

Santé/Bio-santé

Agriculture et industrie agroalimentaire

Energies renouvelables

Ressources marines et du littoral

Forêt, bois et construction durable.

Cette procédure vise à réunir les acteurs de référence d'une filière économique ou d'un secteur d'activité « de l'Université à l'entreprise » autour d'un projet fédérateur et d'un programme d'animation visant à développer des synergies et des complémentarités dans une perspective eurorégionale.

La deuxième session de l'appel à projets, cette année 2018 est dotée d'un budget de 300 000 €.

Le dépôt des dossiers se réalise uniquement par voie numérique et exclusivement depuis le site web de l'Eurorégion : www.naen.eu.

La date limite de dépôt est fixée au 31 octobre 2018 à 12h.

En savoir plus

 

Terrains synthétiques : l’Anses juge le risque « négligeable » pour la santé mais incertain sur l’environnement

Suite à un reportage assez alarmiste de l’émission Envoyé spécial, en février dernier, de nombreux élus avaient fait part de craintes quant aux dangers potentiels pour la santé (cancers) de l’usage de granulats en caoutchouc recyclé pour l’installation de terrains de sport en revêtement synthétique. L’Anses, saisie par des élus, puis par le gouvernement, vient de publier son rapport. Verdict : un risque « négligeable » pour la santé, mais des inquiétudes pour l’environnement.
L’Agence a compilé les données d’une « cinquantaine » d’études internationales sur ce sujet qui ont notamment tenté de corréler l’exposition à ces substances avec l’apparition de cancers. Bilan : les risques de cancer sont « négligeables ». En revanche, plusieurs études pointent un léger risque « d’irritations oculaires et respiratoires » provoquées par les composés organiques volatils (COV) émis par les granulats, notamment dans les terrains indoor (en salle). Mais pour faire face à ce risque il suffirait de se laver les mains après chaque match.
Dans l’ensemble, l’Agence conclut donc à un « risque sanitaire négligeable ».

L’Anses rappelle également que les gazons synthétiques sont plus chers à l’installation que les gazons naturels, mais moins chers à l’entretien – et naturellement plus économes en eau : un terrain de foot synthétique permet d’économiser jusqu’à 4 millions de litres d’eau par an.

Pour ce qui est des conséquences environnementales en revanche, l’Anses est un peu plus réservée et estime qu’il sera nécessaire d’acquérir « davantage de données » sur la composition exacte des pneus recyclés, notamment sur les nanoparticules, et qu’il faudra une « méthodologie » permettant d’évaluer les risques environnementaux.

Reste une question : s’il apparaît normal que les produits à base de matériaux recyclés fassent l’objet des mêmes contrôles sanitaires que les produits à base de matériaux neufs, avoir, en revanche, des exigences de contrôle supérieures pour les matériaux recyclés pourrait porter un véritable coup au recyclage. Quand on sait que la seule alternative au recyclage des pneus est l'incinération en cimenterie, la question mérite d'être posée.

En savoir plus

Les chiffres du jour

L’ADEME a publié une infographie concernant la mobilité de demain !
Un Français actif passe en moyenne 7 h 12 par semaine à se déplacer, et la voiture reste le moyen de transport favori ! À l’occasion de la Semaine européenne de la mobilité, cette infographie donne les clés pour révolutionner nos trajets : marche à pied, vélo, transports de demain… les alternatives sont nombreuses et accessibles !

Voici quelques données clés :
Le nombre de voyageurs aériens a augmenté de 7.2% en une année
– 50% des trajets effectués font moins de 5 kilomètres
– Le pays est passé de 21 millions de voitures en circulation en 2004 à 116 millions 10 ans plus tard
– Dans le monde, en 2016, les ventes de véhicules hybrides et électriques ont augmenté de 40% par rapport à 2015
– Le secteur des transports représente une part importante et croissante de la consommation d’énergie finale en France et il y est le principal émetteur de dioxyde de carbone (CO 2 ) : 36 %

En savoir plus

Nominations et élections

Patrick Braouezec, président du territoire de Plaine Commune, a été élu président du conseil de surveillance. Il a été maire de Saint-Denis de 1991 à 2004 et, depuis 2005, président du territoire de Plaine Commune, un des plus grands d’Île-de-France, avec neuf communes et 420 000 habitants au nord de Paris. 4ème vice-président de la Métropole du Grand Paris, il est chargé notamment de la coopération avec les territoires. François Poupard, directeur général des infrastructures, des transports et de la mer, est élu vice-président.

En savoir plus

Actualité TERRITORIA

Prix TERRITORIA 2018 

Les grandes tendances

Les collectivités osent des partenariats novateurs : avec d'autres collectivités pour des alliances bénéfiques entre territoires, avec des startups, avec des associations auxquelles est déléguée la mise en œuvre de certaines actions, avec des écoles et des universités, en particulier dans le domaine du numérique, avec des entreprises bien sûr.

Information des candidats

Pour les candidats le programme est le suivant :

Septembre : les réunions des comités d'experts par domaine se terminent. C'est finalement 199 dossiers conformes que chacun des parrains des différents domaines d'innovation ont étudiés cette année, apportant leur expérience et leur compétence dans l'analyse des candidatures

Octobre : réunion du jury national à l'Hôtel de Castries, Ministère de la cohésion des territoires.

Novembre : cérémonie de remise des trophées le 27 novembre à 17h 30, à l'Hôtel de Lassay  (Présidence de l'Assemblée Nationale).

Que sont-ils devenus ?

Centre médical de proximité à Laval : quel bilan ?

NDLR : Le conseil départemental de la Mayenne avait obtenu le TERRITORIA d’Or 2017, Services aux personnes pour cette initiative.

Un centre médical de proximité réunissant médecins généralistes retraités et étudiants : c’est l’initiative unique en France, le 15 juin 2017.  Le centre Henri-Dunant avait été ouvert pour répondre au manque de praticiens à Laval et accueillir les patients sans médecin traitant. L’entreprise avait bénéficié d’une large couverture dans les médias nationaux.

Un peu plus d’un an après l’ouverture, vient l’heure du premier bilan.

Pour le docteur Dima, président du Conseil de l’Ordre, « l’expérience est positive. Le centre fonctionne bien, nous avons trouvé une réponse pour un tas de gens. Surtout pour une patientèle socialement un peu défavorisée. C’est elle qui a le plus de mal à trouver des médecins traitants. Pendant longtemps, les gens ont appelé le Conseil de l’Ordre pour avoir des solutions. Maintenant, on en a une ».

Une douzaine de médecins retraités animent le centre Henri-Dunant. « Cela leur permet de garder une petite activité, ils choisissent quand ils travaillent. Ils font ça avec dynamisme et sans pression. »

Le centre a pu ouvrir grâce au concours de nombreux partenaires, collectivités, agences médicales, organismes sociaux. « Tout le monde a joué le jeu. Même les médecins qui ont accepté d’être payés en fonction de la trésorerie pour arriver à l’objectif qui était prévu. Financièrement, ça s’équilibre. »

Quant aux internes, « ils trouvent ça très sympa. Ils ont un maître de stage très disponible. On a bon espoir que certains restent en Mayenne. Le premier interne fait sa thèse sur cette expérience de Dunant ».

Pour l’instant, l’endroit, même s’il est fréquenté, n’est pas saturé. « On peut encore absorber un peu de patients. Le seul point négatif, ce sont les rendez-vous non honorés. Si les gens prévenaient qu’ils ne peuvent pas venir à leur rendez-vous, cela permettrait d’accueillir d’autres personnes. C’est un service qu’il faut bien utiliser.  C’est un cabinet médical comme un autre, qui assure le suivi des malades. »

Le docteur Dima voit sereinement l’avenir du centre. « Le nombre de médecins va monter petit à petit et si nous sommes suffisamment nombreux, nous pourront donner des coups de main dans d’autres coins du département. »

L’initiative a même reçu le prix Territoria en novembre dernier, remis au Sénat. De nombreux conseils de l’ordre ont également joint la Mayenne pour en savoir plus sur le centre médical de proximité, « pour savoir comment ça fonctionnait ».

En savoir plus

 

Vient de paraître

Le sommaire

ACTUALITÉS ET TERRITOIRES : LE SNDGCT plus mobilisé que jamais

ENVIRONNEMENT Routes : La Gironde teste un bitume moins polluant. Collecte des déchets : le verre se transforme en bons de réduction. Nouveaux aménagements : combattre les ilots de chaleur

SOCIAL So Coloc : des offres partagées et citoyennes. Logements : Un site Internet unique pour les vendre. Rénovation : Moins cher & plus efficaces avec Energie Sprong ! Imaginer et vivre autrement son logement. Ecoquartier : Rosny construit l'avenir. L’isolation passe au vert ! Démocratie participative : une nouvelle façon de s’impliquer dans la vie de sa commune Enseignement : Des classes ouvertes sur le monde

TECHNOLOGIE Très haut débit : Pau entièrement couverte d'ici 2019. Ressources humaines : Une question ? Le Chatbot a la réponse. Stationnement : ParkingMap traque les places libres. ÉCONOMIE Synergie : Innovez « facile » avec « Adopte une startup » ! TROPHÉES DE L’ÉCLAIRAGE EXEMPLAIRE AFE/ID Efficience Territoriale : Lumière sur les lauréats LE TOUR DE FRANCE DES INITIATIVES L’école de demain, c’est déjà un peu aujourd’hui

Consulter le magazine

Citation du jour

"Notre responsabilité est grande car, nous les maires, nous sommes au cœur d'un océan d'instabilité : instabilité économique, financière, territoriale, et sociale. Maires, vous êtes le stabilisateur de notre démocratie et vous devez ouvrir des perspectives d'espoir à nos concitoyens"

Jean-Paul Delevoye, président de l'AMF, au Congrès des maires de 1993

AGENDA

25 septembre : 2ème édition de Innova'ter Rendez-vous de l'innovation territoriale à Paris Contact

26 et 27 septembre : Congrès des Régions de France à Marseille Contact

3 et 5 octobre : Congrès de l'assemblée des Communautés de France à Deauville Contact

3 au 5 octobre: " Il y a du génie dans le dessert ! " Les territoires ruraux, espaces de créativité et d'innovation à Florac (48) Contact

4 et 5 octobre : 8ème édition du carrefour des collectivités à Brest Contact

8 et 9 octobre : États généraux des pôles territoriaux et des pays à Nancy Contact

10 et 11 octobre : Rencontre nouvelles ruralités à Besançon Contact

11 au 13 octobre : Territorialis et 78ème congrès national du SNDGCT à Nantes Contact

17 au 19 octobre : 32e Congrès National d’AMORCE, l’Association des collectivités territoriales et des professionnels, Le Havre Contact

18 et 19 octobre : Congrès de l'association nationale des élus de la montagne à Morteau (Doubs) Contact

18 au 20 octobre : Sommet de la mobilité urbaine à Paris Contact

7 et 8 novembre : Congrès de l'assemblée des départements de France à Rennes Contact

13 novembre : Quel tourisme pour les villes moyennes ? Villes de France - CGET à Paris Contact

20 au 22 novembre : 101ème Congrès des maires de France à Paris Contact

27 novembre : Remise des trophées du Prix TERRITORIA 2018 Paris Contact

28 au 30 novembre : 4ème soirées d'échanges sur la mobilité urbaine, à Strasbourg Contact

4 et 5 décembre : Forum des interconnectés Pôle Pixel Contact

12 décembre : l'intelligence locale consacré à la SmartCity, Villes de France à Paris Contact

Commenter cet article